TEMOIGNAGE sur l'après midi du 27 avril

Publié le par patxi

 

TEMOIGNAGE sur l'après midi du 27 avril


------------------

Mes très chers

Pour les inquiets, je vais bien, mes blessures se guérissent, ma tête se tranquillise, mais les cicatrices restent et ne partiront pas.

Je vous témoigne ce qui s'est passé l'après-midi du mardi 27 avril

C'était un embuscade. C'était un embuscade et on y est tombés dedans. Quelque part, on devait s'y attendre, et on s'y attendait je crois, me rappelant le silence traitre qui précédait le déclenchement de pluie de balles sur les trois voitures.

"ahi, arriba! Ahi!! Tienen armas!" crie une voix derrière nous. Je penche ma tête vers Davidé qu'est sur ma gauche, pour voir. "Dondé, dondé??" J'aperçois un mouvement sur la colline en face de nous, derrière le barrage sur la route, et je vois quelques hommes descendant en courant, tenant des gros fusils en position militaire. A peine le temps de s'en rendre compte, que le premier tir s'impacte sur la camionnette et que chaque un essaye de se protéger derrière les sièges. Ils étaient une cinquantaine à nous tirer dessus de deux côtés.

("Merde, c'est vraiment en train de se passer!")

Impossible de se rappeler combien de temps on est restés, ni combien de tirs ont été tirés. C'était une éternité en quelques minutes. Les balles pénétraient dans la camionnette, brisant les vitres, s'impactant autour de nous, dans les sièges et le métal.

Elles tuaient aussi, les corps de Bety et Jyri sont restés dedans.

Je me cachai avec Davidé, accroupis derrière le siège devant nous, en se tenant par le dos et les jambes (Peut-être pour se sentir vivants et avoir le sentiment de se protéger?). Le chauffeur essaye plusieurs fois de partir en marche-arrière, mais n'y arrive pas par cause de mains tremblants. Entretemps, et entre pas mal de cris différents, je vois du sang couler sur le sol du véhicule et là je me rends compte de que ils allaient vraiment nous tuer. Et qu'ils avaient tués.

Betty tomba en première. Elle était une femme combative, qu'on venait de rencontrer le jour auparavant et qui nous avait informée sur la situation à copala, en souriant, mais tellement sérieuse...C'est elle qui nous avait parlée des morts dans ce village isolé de la région Triqui, où elle faisait des travaux communautaires. Elle tomba en première, je me rappelle avoir vu son visage sanglante sur le sol, sans vie. Aussitôt je vois les jambes de Jyri trembler en vitesse, je lève ma tête car lui n'était pas accroupi comme nous, il avait essayé d'aider Betty. Ses yeux étaient grands ouverts, son sang coulaient de sa tête avec un peu de cerveau. J'ai levé ma main pour essayer de faire arrêter le sang de couler, mais je me suis retenu par horreur de voir qu'il n'y avait rien à faire. Ils étaient déjà morts.

Les paras s'approchaient et les gens ont commencés à cavaler de la camionnette, il fallait se casser, mais casser de là!! Sauf que nous on étaient assis derrière, coincés par les corps. La porte n'étant pas une option, quelqu'un a cassé le vitre du derrière et s'est échappé par là. Le voyant, plus d'hésitation, la survie est là dans ce petit trou de vitre.

"Vamos Davidé!!"

Un saut maladroit mais suffisant nous libère de cet enfer, non sans laisser de sales traces sanglants sur les pieds et mains. Et courir, courir courir. Comme dans un cauchemar où tu ne sens pas tes jambes ni t'avancer. Vers la montagne, en zigzag pour éviter les balles. Une sandale ne veut plus suivre et je me force d'arrêter une seconde pour l'enlever. Un sentiment froid s'empare de mon dos, j'entends les tirs et m'attends à l'impacte. Mais pas d'impact et on arrive à rejoindre les autres au virage, couchés par terre. On cavale a la montagne. Ils nous suivent, nous tirent dessus, donc on court, on se cache derrière les arbres et buissons, on roule pour descendre les collines, on marche, on se repose, on continuent, ils tirent, on court, on cache, ... Finalement je me retrouve avec Monica qui a une balle dans le dos. J'avance plus vite avec elle et les autres se font attraper par les soldats-déguisés-en-paysans. On avance, on trouve une rivière, on bois, on continu et d'un coup on entends des voix tout près. Ils obligent une fille à crier qu'on se rendent, qu'ils ne vont pas nous tirer dessus, mais tfooooooooooooooooou!! On suit, accélère notre chemin improvisé à travers les rochers. Monica commence a saigner de plus en plus. On entends une voiture passer, la route est tout prés. On voit une maison et on s'approche doucement, c'est une famille triqui, ils nous donnent de l'eau et par miracle passe une ambulance sur le chemin qui venait aussi de se faire tirer dessus en essayant d'approcher la zone. Avec eux on s'est sauvés, partis pour l'hôpital.

Bon

On s'est rendu dans la gueule du loup sans protection, à part l'illusion que la présence d'étrangers ("observateurs" ??)pouvait changer quelque chose. Quelle connerie. Le gouvernement a précisément voulu qu'il arrive une chose pareille, car maintenant il y a une excuse parfaite pour encore plus militariser la zone, et de rentrer dans le village autonome de Copala, l'occuper, faire un grand ménage chez ceux qui s'organisent contre eux.

Parfait.

Maintenant qu'ils peuvent contrôler le terrain, ils peuvent massacrer les dissidents, acheter ou voler leur terres, et les vendre pour exploiter des mines horribles créant les conditions parfaits de pauvreté, dépendance, isolement, pour réinstaller le salariat, esclavager les habitants à ceci, en finir avec leur émancipation et autonomie alimentaire et politique. Ils ont déja détruit la radio communautaire, ils ont diffusé la peur en séquestrant et tuant.

UBISORT (Union de Bienestar Social de la Region Triqui), ouvertement lié au parti-maffia du PRI, est le groupe le plus fort armé et cabron. MULT est el Movimiento Unificadora de la Lucha Triqui, organization lié au PRD, parti-stalinien de Lopez Obrador, intégrant de l'Autre Campagne zapatiste, imaginez vous, complètement corrompu et récupéré. MULTI(ndependiente) sont les dissidents de ceux-ci qui ont déclaré la municipalité Autonome en 2006, profitant du débordement des flics, gouvernants et militaires et l'ampleur des mouvements pour passer à l'action. S'autogouverner par uses et coutumes, d'une façon traditionnelle, certes, mais commune et en rébellion contre ce Mexique d'occidentaux capitalistes qui essaye de faire mainmise sur ces régions encore fortement détachées des métropoles, qui ont toutes les ressources nécessaires de survie ( eau, ruisseaux, terre fertile, animaux,...) et où ya des réseaux familiaux très forts, comme la tradition d'assemblée.

Ce sont des régions ou les militaires opèrent, s'entrainent, car ils savent que les insurrections paysannes sont devenus plus probable avec leur offensive de desappropriation des terres, eaux, communication et énergie. Même si la plupart des zapatistes-touristes ne sont absolument pas dangereux pour l'État, tant que le statu-Quo des villes et zones d'intérêt ne se fait pas déranger, une municipalité en pleine région minière qui se déclare autonome et qui prend le contrôle de ses terres , C'EST dangereux pour eux, car apart le fait qu'ils pourraient s'armer et au'il font obstruction aux projets juteux, ils nouent des liens avec des groupes urbaines de
résistance nés en 2006, d'où l'idée de la Caravane: sortir de la ville en solidarité
pour faire des rencontres là ou le danger se trouve.

Les déclarations et l'attention médiatique étaient apparemment indispensables, car y aller seul et visibles c'est une mort garanti. Mais y aller a 30 et médiatiquement jouer pour sa protection ( relativement peu d'attention médiatique d'ailleurs car pas encore de morts occidentaux) a juste permis que EUX s'organisent grandement et nous massacrent presque, créant donc le prétexte pour l'invasion, chose immanente à l'heure que je vous écris. Une connerie donc.

Tous les réseaux médiatiques et policiers puissants préparent l'offensive, par les articles, images, déclarations, allant tous dans un sens, celui de culpabiliser aux Triquis. Plus que l'opinion publique abruti ou riche gagné et l'attaque sera.

Souvenez vous de cette histoire et faites des liens.

Je vous embrasse tous,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article