Communiqué 28 mai

Publié le par patxi

 

Communiqué : nous ne partageons pas la politique qui se fait par le biais des partis et, à partir de cette date, nous dirons notre parole uniquement par des communiqués.

AUX MÉDIAS HONNÊTES
AUX PEUPLES DU MEXIQUE ET DU MONDE
AUX ORGANISATIONS SOCIALES
À L'AUTRE CAMPAGNE


Un mois après le brutal assassinat d'Alberta Cariño Trujillo et de Jyri Antero Jaakkola, et après qu'ont été brutalement privés de leur liberté un groupe de femmes et d'enfants, des groupes d'observateurs et de défenseurs des droits humains ont écouté notre parole de demande d'aide et ont décidé d'apporter une espérance de nourriture, de paix et de justice à San Juan Copala.

Le silence cruel du gouvernement de l'État met seulement en évidence qu'il se sait coresponsable de ce crime lâche ; cette impunité permanente est la principale raison qui pousse ceux qui, le 20 mai, ont guidé la main des exécuteurs des ordres du puissant pour endeuiller encore la vie de nos communautés, avec l'assassinat de notre compañero Timoteo Alejandro Ramírez et de son épouse Tleriberta Castro Aguilar.

À n'en pas douter, c'est Timoteo qui, par sa parole et son exemple, a réveillé la conscience de bien des Triquis, ceux qui ont décidé en 2006 de quitter les organisations dans lesquelles ils militaient et de retrouver leur capacité de diriger leur propre destin et celui de leurs communautés. C'est ainsi qu'est né le Mouvement d'unification et de lutte triqui indépendant, la même organisation qui a concrétisé son premier succès d'unité le 20 janvier 2007 avec la création de la Commune autonome de San Juan Copala. Rien de ce processus ne pourrait se comprendre sans la direction avisée de Timoteo, dont la plus grande qualité a toujours été l'amour pour son peuple.

Nous nous adressons de nouveau à vous, compañeros des organisations non gouvernementales, des organisations de droits humains, adhérents à l'Autre Campagne, et à tous les gens dont le cœur est bon, pour vous demander d'exiger justice et de surveiller, à nos côtés, ces crimes et toutes les injustices que commande le puissant pour frapper notre peuple. Il faut signaler qu'au cours de ces trois ans, le harcèlement paramilitaire contre notre peuple n'a pas cessé ; tous les jours, ils tentent d'en finir avec la résistance afin que nous abandonnions notre commune, qui bien sûr est pour eux un symbole de dignité et de résistance qu'ils ne supportent pas.

C'est pourquoi pour nous, c'est un bel espoir de vie que la caravane "Bety Cariño et Jyri Antero" qui arrivera à notre village le 8 juin. Mais en même temps il faut préciser que nous remercions de tout cœur ceux qui se sont solidarisés avec notre cause et nous leur rappelons que notre projet a pour objectif final l'autonomie qui, nous en sommes sûrs, apportera la justice, la paix et le développement à notre territoire. C'est pourquoi il est important que tous comprennent que nous ne partageons pas la politique par le biais des partis, car nous savons par expérience que ceux-ci sont un outil du puissant pour diviser et opposer nos peuples. Ils portent d'ailleurs dans leur nom le titre de ce dont ils souffrent : "partis", comme dans "partition", division. En revanche, dans notre village, nous sommes entiers parce que c'est l'assemblée qui commande et décide. Nous espérons que vous serez respectueux du projet que nous défendons même au prix de notre vie, et que personne ne voudra utiliser notre cause pour en tirer des bénéfices économiques ou politiques pour son groupe.

C'est pourquoi nous demandons à toutes les personnes et organisations internationales, et celles du nord et du centre du pays qui voudraient nous accompagner, qu'elles passent s'inscrire et demander des informations au "plantón" (campement) que nous tenons sur la Grand-Place de Mexico, et aux personnes et organisations d'Oaxaca et du sud de la République qu'elles s'inscrivent et demandent l'information du lundi au vendredi, de 10 heures à 14 heures au numéro 5141634. Les participants doivent venir avec une attitude de respect et de solidarité, et non d'arrogance ou de provocation ; c'est nous-mêmes qui coordonnerons et dirigerons la caravane.

Enfin, nous informons les médias qu'à partir d'aujourd'hui nous dirons notre parole uniquement par des communiqués, car nous considérons que, du fait que nous ne parlons pas l'espagnol de façon claire et précise, certains journalistes ont mal interprété notre parole en écrivant dans leurs journaux des choses que nous n'avons pas voulu dire. Cela a provoqué une série de rappels à l'ordre de la part de notre assemblée communautaire ; c'est elle qui a pris cette décision et nous en a donné mandat. Ainsi, nous vous ferons parvenir notre parole et remercions sincèrement ceux qui voudront bien la publier.

28 mai 2010.

Respectueusement

Pour la Commune autonome de San Juan Copala :

Maximino de Jesús López
Adalberto Hernández Álvarez
Casimiro Martínez Aguilar.



http://autonomiaencopala.wordpress.com/

Traduit par el Viejo.

Commenter cet article